Quelle est la législation concernant les agents de sécurité privée ?

Quelle est la législation concernant les agents de sécurité privée ?

Audrey Lecardonnel No Comments

agent de sécurité privée

Qu’est-ce qu’un agent de sécurité privé ?

Un agent de sécurité privé doit surveiller et assurer la protection des personnes, des lieux et des biens meubles ou immeubles des personnes. Il prévient également les actes de malveillance, les troubles à la tranquillité de lieux et de personnes selon les réglementations de la sécurité. Il peut intervenir seul ou en équipe.

Ce métier s’exerce au sein d’agences de sécurité privée, d’entreprises, de structures d’hébergement ou de soins … aussi bien les week-ends, les jours fériés que de nuit. Il peut être aussi soumis à des astreintes.

Quelles sont les obligations de l’employeur ?

En Suisse, un agent de sécurité a le droit d’exercer seulement s’il est « carté ». Cela signifie qu’il doit être en possession d’une carte professionnelle délivrée par la police Suisse pour pouvoir travailler. Cette carte a une validité de 5 ans et doit par conséquent être renouvelée.

L’agent de sécurité ne peut obtenir sa carte professionnelle qu’après avoir suivi la formation initiale provenant du concordat sur les entreprises de sécurité (CES) mais également par la formation provenant de la Convention Collective de Travail (CCT). A la différence de la France, ces directives contraignent tout employeur à organiser, planifier et former chaque nouvel agent de sécurité avant sa première prise de fonction et durant sa période d’essai. D’une durée de plus de 20 heures, ces formations « initiales » réglementées doivent rappeler les droits et les devoirs mais surtout les obligations et la déontologie.

Une fois que l’agent rentre en fonction, une formation continue, sans contrainte de temps, est obligatoire. De fréquence annuelle, la formation continue peut porter sur différents thèmes en fonction des besoins de l’agent de sécurité et/ou du site qu’il occupe.

Au cours de la quatrième année d’embauche, l’employeur inscrira l’agent de sécurité à une formation « quadriennale » afin de pouvoir adresser une demande de renouvellement de carte professionnelle. Il devra donc suivre une formation spécifique au sein de la police et c’est à l’autorité de décider s’il renouvelle la carte ou non pour 5 années.

Que propose PROINSEC ?

PROINSEC Suisse Romande propose les formations initiales et continues pour les agents de sécurité privé.

Les formations initiales animées assurent l’ensemble des savoirs et suivent les directives en vigueur.

La formation continue peut reprendre les bases de la formation initiale en rappelant les droits et les devoirs, mais aussi les nouveautés ou les modifications de la loi, ou encore permettre de sensibiliser les agents de sécurité sur les nouveaux risques éventuels.

On peut proposer des formations annexes en fonction du besoin de l’employeur ou de l’employé, et ce dans l’idée de développer les compétences. Ces formations peuvent intégrer, entre autres, du secourisme, de l’incendie mais également des séances d’instruction de tir, animées par un moniteur de tir dynamique certifié par la FSTD et security officer (IPSC).

PROINSEC Suisse Romande dispose donc de formateurs certifiés dans l’ensemble des prestations proposés, et de certifications dans le domaine de la formation pour adulte afin d’assurer une qualité de formation exemplaire.

Toutes les formations demandées par les agences de sécurité privée peuvent être animées par PROINSEC Suisse Romande. Nous portons de l’importance à diversifier nos formations dans le but d’apporter de nouvelles compétences aux agents de sécurité, mais également de leur donner les moyens d’accomplir l’ensemble des tâches qui leur incombent de la façon la plus sécurisée possible.

 

La Protection Incendie AEAI

Audrey Lecardonnel No Comments

Qu’est ce que la protection incendie AEAI ?

La Suisse dispose de l’un des dispositifs de sécurité incendie les plus élevés au monde. Les prescriptions de protection incendie de l’AEAI actuelles sont la seule norme en vigueur. Cette norme s’est renforcée car de nombreuses modifications ont vu le jour en 2015. En effet, c’est à cette date que les assurances qualité (1 à 3) et que la notion de responsabilité ont été intégrés. Les prescriptions de protection incendie de l’AEAI mise en place en Suisse constituent la base légale pour l’exécution de la protection incendie dans les bâtiments.

protection incendie AEAI

 

Les bâtiments et les autres ouvrages doivent être construits, exploités et entretenus de manière à garantir en priorité la sécurité des personnes et des animaux, puis dans un second temps les biens. Toutes les nouvelles constructions et rénovations importantes sont classées, selon certains critères, dans le système d’assurance qualité qui compte quatre degrés, par l’autorité de protection incendie. Les impératifs sont donc variables en fonction du degré déterminé mais sera toujours entrepris par une personne compétente.
– Degré 1 : responsable de l’ensemble du projet avec formation en protection
incendie
– Degré 2 : spécialiste en protection incendie ou qualification équivalente
– Degré 3 : expert en protection incendie ou qualification équivalente
– Degré 4 : expert en protection incendie ou qualification équivalente +
organe de contrôle.

 

protection incendie AEAI

Que propose PROINSEC en matière de protection incendie AEAI ?

PROINSEC propose l’accompagnement en matière de protection incendie afin que toutes sociétés privées ou administrations soient conformes aux prescriptions, notamment la norme et les directives de protection incendie AEAI 2015. PROINSEC est en mesure de vous accompagner sur les degré 1 et 2 en vous apportant un support clé dans trois phases :

– Phase de projet :
o Identification des dangers incendie
o Définition des objectifs de protection incendie
o Réalisation des plans du Concept de Protection Incendie
o Lien entre le maître d’ouvrage et les autorités compétentes en protection incendie.

– Phase de travaux :
o Assistance à maîtrise d’ouvrage
o Création et suivi du dossier de l’assurance qualité
o Identification des non-conformités
o Proposition des mesures d’amélioration
o Lien entre le maître d’ouvrage et les autorités compétentes en protection incendie.

– Phase d’exploitation :
o Audit et évaluation du niveau de protection incendie
o Définition des mesures organisationnelles
o Formation et sensibilisation du personnel
o Création de supports d’exploitation (plans d’évacuation, procédures internes, suivi des maintenances, etc…).

Connaissez-vous les gestes qui peuvent sauver la vie d’une personne ?

Audrey Lecardonnel No Comments

Gestes de premiers secours

 

Selon le Ministère de la Santé, plus de 20 000 personnes perdent la vie et plus de 500 000 personnes sont hospitalisées, chaque année, à cause d’un accident domestique. Selon leur étude, 10 000 personnes pourraient être sauvées par des personnes formées aux premiers secours. Mais malheureusement, moins de 7 % des Français chaque année effectuent une formation aux premiers secours. Selon l’Assurance Maladie, plus d’un million de sinistres (accidents du travail, de trajet et maladies professionnelles) ont été enregistrés en 2016, dont près de 764 000 ayant entraîné un arrêt de travail ou une incapacité permanente.

Quelles sont les étapes pour porter secours ?

  1. Sécurisez les lieux de l’accident et les personnes impliquées : évitez le sur-accident et établissez un périmètre de sécurité autour de l’accident en attendant l’arrivée des secours.
  2.  Appréciez l’état de la victime : Vérifiez la présence d’un saignement abondant et l’obstruction des voies aériennes. Rassurez la victime par votre présence, vérifiez qu’elle est consciente et qu’elle respire.
  3. Alertez les secours : De nombreuses informations doivent être fournies aux services d’urgence : qui ? quoi ? où ? comment ? quand ? Restez en ligne pour des éventuelles questions des secours et assurez-vous que l’information est bien comprise.
  4. Effectuez les gestes de premiers secours : dans le calme et sans se précipiter

Quels sont les numéros d’urgence à connaître ?

• Le 18 : les Sapeurs-Pompiers
• Le 15 : le SAMU
• Le 17 : la Police ou la Gendarmerie
• Le 112 : le numéro d’appel unique des urgences sur le territoire européen

Comment peut-on définir un malaise ?

Un malaise est une sensation d’inconfort de degré variable qui peut néanmoins aller jusqu’à l’évanouissement. Un malaise peut donc intervenir sans perte de connaissance. Par exemple, un mal de ventre est une sensation de mal être et donc un malaise. En cas de malaise, placer la victime dans la situation la plus confortable pour elle et questionner la (depuis quand ? a-t-elle un traitement ? a-t-elle été hospitalisée ces derniers jours ?). Ces informations seront transmises par téléphone aux secours externes.

Que faire en cas d’arrêt cardiaque ?

Si vous vous rendez compte que la victime est inconsciente et ne respire pas, il faut lui faire des compressions thoraciques (x30) et des insufflations (x2). En parallèle, demander l’aide aux secours d’urgence. Si vous disposez d’un défibrillateur automatisé externe visible et près de vous, utilisez le en respectant les consignes dictées par le défibrillateur.

Que propose PROINSEC ?

Qu’est-ce qui peut vous rendre fier ?
Sauver la vie d’une personne, non ?

PROINSEC vous propose d’acquérir les gestes essentiels du secours d’urgence. Des cas concrets vous seront proposés lors des formations SST (Sauveteur Secouriste du Travail) ou EFR (Emergency First Response). Vous connaîtrez tous les gestes qui vous permettront de porter secours en cas de malaise, arrêt cardiaque, perte de conscience, étouffement, saignement abondant ou brûlures.
Pensez que plus le nombre de personnes formées au secourisme est important dans votre entreprise, plus vous avez de chance de porter secours à l’ensemble de vos collaborateurs et d’éviter des situations plus critiques. De plus, un Sauveteur Secouriste du Travail est un acteur de prévention, il va agir dans la prévention de votre entreprise pour éviter les accidents.
A la fin de ces formations, une attestation vous sera remise ainsi qu’une carte qui vous reconnait comme SST ou EFR.

 

Etre formé au secourisme peut également vous servir à sauver la vie de vos proches et de toute personne dans le domaine publique !

La médiation en entreprise : un levier de performance globale

Audrey Lecardonnel No Comments

médiation.001

 

La médiation : un outil de gestion des risques professionnels

La gestion des risques professionnels est devenue une pratique courante dans les entreprises ; elle constitue un levier d’optimisation de la performance. Cependant, le plus clair du temps, cette gestion des risques s’applique prioritairement à l’aspect métier, négligeant la dynamique humaine qui contribue grandement à la réussite d’une organisation. Discipline visant à favoriser la cohésion par une action centrée sur la qualité relationnelle, la médiation est un outil permettant de développer, au sein de l’entreprise, la confiance interpersonnelle indispensable pour maintenir sa compétitivité.

Qu’est-ce que la médiation ?

La médiation est un mode de résolution amiable des conflits. Elle peut être utilisée dans une perspective préventive ou curative ; elle vise à faciliter la communication interpersonnelle. Très utilisée dans les organisations américaines dans les années 1970-1980, la pratique se développe en France depuis une vingtaine d’années, les acteurs politiques, sociaux et économiques estimant qu’elle est une solution permettant de favoriser la cohésion qui fait parfois défaut dans nos organisations.
En effet, les conflits sont inhérents à la vie en groupe. Ils sont des phénomènes ordinaires qu’il convient de réguler afin d’éviter qu’ils freinent le bon fonctionnement de l’organisation. Une enquête menée en 2009 par le cabinet OPP auprès de 5000 salariés en Europe, aux Etats-Unis et au Brésil révélait que 85% des salariés se disaient être impliqués dans un conflit sur le lieu de travail. D’après la même enquête, en France, les salariés consacrent 1,8 heure par semaine à la gestion de conflits (très souvent causés par les difficultés relationnelles, le stress, la charge de travail…).

Pourquoi faire appel à un Médiateur ?

Généralement, la gestion des tensions interpersonnelles est négligée dans les organisations. Cela s’explique à la fois par l’ignorance des impacts négatifs des conflits et par un sentiment d’impuissance des managers qui, souvent, peuvent se retrouver démunis face à une difficulté relationnelle. Or, non gérés ou mal gérés, les conflits aboutissent très souvent à une situation dramatique pour l’entreprise : crise relationnelle, démobilisation des salariés, absentéisme, turn-over, baisse de la qualité, difficulté d’innovation… Par ailleurs, la judiciarisation du monde du travail exige une vigilance accrue des dirigeants pour se prémunir contre les possibles poursuites générées par un manque d’efficacité des politiques de gestion des risques psychosociaux et du harcèlement moral.

Plusieurs profils de médiateurs

La médiation est un métier à part entière qu’exercent des professionnels ayant suivi un cursus de formation dédié. En entreprise, le médiateur est porteur d’une véritable valeur ajoutée pour accompagner les organisations pouvant être confrontées à des problèmes relationnels parfois très complexes. Il peut être un intervenant ponctuel externe ; il peut également être un intervenant interne œuvrant dans la continuité. Par ailleurs, partant du principe que le manager peut être confronté à des conflits à gérer au sein de son équipe, les entreprises forment de plus en plus leurs cadres à la gestion des conflits par des actions de sensibilisation.

 

Yves FOUDA, consultant-médiateur en entreprise.

Obligation d’affichage dans les entreprises

Audrey Lecardonnel No Comments

consignes-sécu-e1518179580212

 

L’employeur a pour obligation d’afficher de nombreuses informations dans des lieux facilement accessibles aux salariés. Cette obligation a été mise en place dans le but de faire connaitre les droits et les devoirs de chaque salarié.

Quelles sont les obligations d’affichage dans les entreprises ?

Dans toutes les entreprises, des informations sur l’inspection du travail, le service d’accueil téléphonique, la médecine du travail, les consignes de sécurité et d’incendie, la convention ou l’accord collectif de travail, l’égalité professionnelle, les horaires de travail, les repos, les congés payés, le harcèlement, les interdictions, le document unique, les panneaux syndicaux… sont autant d’informations qui doivent être affichées dans l’entreprise. Selon les effectifs de l’entreprise, des dispositions supplémentaires peuvent être demandées.

Quelles sont les informations obligatoires relatives à la santé et à la sécurité ? 

En ce qui concerne, la réglementation à l’hygiène et à la sécurité du travail, le Code du Travail (articles R. 4227-1 à R. 4227-41 et R. 4227-55 à R. 4227-57) impose à tout employeur, de mettre en place des dispositions sur le lieu de travail, concernant la prévention et la protection contre les incendies. Ces dispositions concernent les dégagements, l’éclairage de sécurité, le chauffage des locaux, le stockage et la manipulation des matières inflammables, les moyens d’extinction, les systèmes d’alarme et les consignes de sécurité incendie. Elles sont obligatoires dès le premier salarié.

L’obligation d’affichage des consignes de sécurité et d’incendie répond à la norme NF EN ISO 7010. Un affichage des consignes de sécurité permettra aux salariés d’adopter le bon comportement en cas d’accident et de prévenir les services d’urgences.

Cet affichage permet aux salariés de connaître notamment la procédure d’alerte à mettre en œuvre, la localisation du matériel d’extinction, les noms des responsables d’évacuation, les dates de visites et d’essais du matériel, le processus d’évacuation et l’emplacement du point de rassemblement.

Ce panneau doit être visible par tous, exposé de manière permanente à tous les niveaux du bâtiment souvent près des portes de sortie ou cage d’escalier, et il doit être facile à mettre à jour. L’affichage des consignes de sécurité doit être complété par un plan d’évacuation.

Que risque l’employeur en cas de non-respect de l’obligation d’affichage ?

Le manquement à l’obligation d’affichage entraînera de lourdes sanctions, de 450 euros à 9000 euros d’amendes, pouvant aller jusqu’à la fermeture administrative et/ou à des peines de prison, en cas de contrôle de l’Inspection du Travail ou d’accident de travail.

Que propose PROINSEC ?

Pour vous permettre d’être en conformité avec la loi, PROINSEC vous accompagne dans la rédaction des consignes générales de sécurité, nous vous conseillons sur l’emplacement propice à l’affichage de ce panneau. Suite à cela, nous pouvons vous proposer des formations ludiques et personnalisées à votre environnement et à vos salariés.

 

 

PROINSEC « Notre Innovation au service de votre Prévention »

En quoi une culture prévention diffère de l’objectif sécurité ?

Audrey Lecardonnel No Comments

1498584388

 

Beaucoup d’entreprises parlent de la mise en place d’une culture sécurité, d’une culture prévention ou encore d’une culture 0 accidents. Leur direction pourrait tout aussi bien parler de l’objectif 0 accidents. Alors en quoi est-ce différent ?

Ce qui m’amène à la question suivante : Qu’est-ce qu’une culture ?

Peu importe le domaine d’application, les définitions évoquent toutes la notion d’un ensemble de valeurs, de comportements, de rituels. Ce qui est indéniable c’est qu’une culture ça ne se fabrique pas. C’est le résultat des valeurs de l’entreprise et des expériences vécues.

On parle également beaucoup de culture d’entreprise. Il est évident qu’il n’est pas souhaitable  d’obtenir une culture d’entreprise et à côté, une culture prévention. La réelle problématique est donc pour l’entreprise d’intégrer la sécurité à la culture d’entreprise déjà en place.

Alors dans ce cas ; qu’est-ce qu’une culture d’entreprise? J’ai trouvé une définition intéressante qui place cette notion comme une partie intégrante de l’entreprise, générant des valeurs, et fabriquant des sentiments et des ressentis.

Le lien avec la sécurité est à ce niveau. Réduire le risque passe par la mise en place de procédures et organisations adaptées, mais passe également par le respect de cette organisation. Ce respect est obligatoirement engendré par l’évaluation que l’individu se fait du risque. Si nous évaluons la situation comme acceptable, je me passe des procédures et protections en place, si nous plaçons l’évaluation comme inacceptable, il est plus motivant de les mettre en application ou d’utiliser le matériel à disposition.

Hors cette évaluation du risque est bien une notion de ressenti très personnel. C’est en ça que la culture d’entreprise interagît avec les comportements. Si la culture d’entreprise génèrent des ressentis qui favorisent une évaluation cohérente des situations à risque rencontrées, alors cette même culture favorise les habitudes de travail qui réduisent l’exposition au risque des salariés.

Il est donc nécessaire à mon sens, de travailler dans un premier temps sur les valeurs générées par l’entreprise et sur la cohérence, entre la culture « affichée »et la culture « réelle » de l’entreprise, avant de s’attacher à mettre en place une culture sécurité.

 

Article rédigé par Marine GUILLAUME, Responsable de l’Agence PROINSEC Pays-de-la-Loire et consultante en management de la prévention. 

N’attendez pas qu’un accident arrive !

Audrey Lecardonnel No Comments

créa-1-nattendez-pas-quun-accident-arrive-e1511536227633

N’attendez pas qu’un accident arrive !

Contactez PROINSEC pour vos formations Risques au travail… 

La Réalité Augmentée chez PROINSEC

Audrey Lecardonnel No Comments

La réalité augmentée est une innovation technologique en plein développement. Elle se définit comme la superposition de données virtuelles (objets, images, textes…) à la réalité par l’intermédiaire d’un écran de smartphone, d’une tablette ou de lunettes connectées.

La réalité augmentée s’est développée aujourd’hui dans de nombreux domaines.

Dans le secteur de la formation professionnelle, la réalité augmentée ouvre de nouvelles perspectives et permet de mettre en avant une nouvelle méthodologie d’apprentissage plus interactive. En effet, les apprenants sont immergés dans leur environnement, afin de leur permettre de mieux se projeter et d’apprendre plus vite. De plus, l’action peut être facilement répétée pour éventuellement corriger les fautes qu’auraient pu commettre les stagiaires.

Que propose PROINSEC ?

Chez PROINSEC, nous cherchons à vous offrir des formations toujours plus ludiques, plus efficaces et adaptées à votre environnement de travail.

Nous avons donc développé la réalité augmentée pour nos formations Manipulation Extincteurs et voyons dans cette technologie une réelle opportunité pour nos clients.

L’objectif de cette formation en réalité augmentée est d’appréhender le risque incendie et de réagir rapidement face aux flammes. Pour cela, vous serez plongé dans une situation réelle à l’aide d’un casque et d’un extincteur reliés à des capteurs. Votre but sera d’éteindre un feu dans votre entreprise.

 

N’hésitez pas à nous contacter au 01.76.35.00.09 pour vivre une nouvelle expérience avec la formation incendie en réalité augmentée. 

 

La démarche PRAP

Audrey Lecardonnel No Comments

 

La démarche PRAP

L’activité physique est l’une des principales causes d’accidents de travail (entorses, luxations, déchirures musculaires…) et de maladies professionnelles (lombalgies, tendinites…).

 

Comment définir la démarche PRAP ?

La Prévention des Risques liés à l’Activité Physique consiste à réduire, voir à supprimer les activités physiques conduisant à des atteintes péri-articulaires de l’ensemble du corps, à aménager des situations de travail respectant la santé et le bien être des salariés, à utiliser des aides à la manutention et enfin de former à la gestuelle et à la posture.

Cette démarche répond à des exigences décrites dans différents décrets qui visent à respecter les valeurs essentielles et les bonnes pratiques en matière d’évaluation des risques et de management en santé et sécurité au travail.

Quels sont les salariés concernaient par la démarche PRAP ?

 De nombreux salariés sont concernés par la prévention des risques liés à l’activité physique. Ils peuvent être aussi bien dans le secteur de l’industrie, du bâtiment, du commerce, que de la petite enfance ou encore dans le sanitaire et social.

Ce sont tous les salariés qui ont dans leur métier une part importante d’activité ou de travail physique. Donc des salariés qui font de la manutention manuelle, du port de charges, des travaux avec des gestes répétitifs, des postures de travail prolongées, qui utilisent des engins ou des outils exposant à des chocs ou des vibrations…

 

Quelle est la différence avec le Geste et Posture ?

Le PRAP permet également de rendre les salariés autonomes dans l’analyse de leur poste mais aussi de les rendre force de proposition. Contrairement aux Gestes et Postures, l’action n’est pas focalisée sur le mouvement mais sur l’analyse des causes des potentielles blessures.

 

Quel engagement pour lentreprise ? 

Pour réaliser une démarche PRAP qui fonctionne, l’employeur doit prendre en compte les propositions faites lors de la formation et en mettre quelques une en place afin d’encourager les salariés à être acteur de leur situation de travail. A noter que les actions proposées en formation ne sont pas toutes nécessairement onéreuses. Certaines sont de l’ordre de l’ajustement ou l’adaptation de l’outil actuel avec le matériel déjà présent.

 

Que propose PROINSEC ?

PROINSEC propose de vous accompagner dans la démarche de Prévention des Risques liés à l’Activité Physique (PRAP). Nous intervenons pour former les salariés d’une entreprise ou les établissements qui ne possèdent pas de formateur PRAP en interne.

Ces formations ont pour objectif de permettre aux salariés de participer à l’amélioration de leurs conditions de travail afin de réduire les risques d’accidents de travail ou de maladies professionnelles. Elles peuvent conduire le chef d’établissement à apporter des modifications organisationnelles, techniques ou humaines dans son entreprise pour suivre cette démarche de prévention.

A l’issue de cette formation, les salariés seront capables de connaître les risques de leur métier, d’analyser une situation de travail et de participer à la maîtrise des risques de leurs entreprises.

 

Quel est le rôle d’un Responsable Unique de Sécurité ?

Audrey Lecardonnel No Comments

Le risque incendie est imprévisible et peut causer de lourdes conséquences tant sur le plan humain que sur le plan matériel. Anticiper le risque est primordial pour les entreprises.

Pourquoi faut-il nommer un Responsable Unique de Sécurité (RUS) ?

On retrouve ce terme dans la réglementation du « Code de la Construction et de l’Habitation » (CCH). Des extraits du CCH sont incorporés dans le « Règlement de Sécurité contre l’Incendie relatif aux Etablissements Recevant du Public (ERP) ».

Lorsqu’un établissement recevant du public (ERP) est constitué de plusieurs exploitations (ex: centre commercial, administrations…), une direction unique doit être nommée. Cette direction unique est responsable auprès des autorités publiques des demandes d’autorisation et de l’observation des conditions de sécurité tant pour l’ensemble des exploitations que pour chacune d’entre elles (article R. 123-21).

Cependant, la réglementation ne précise pas les personnes qui peuvent prendre la  fonction de responsable unique de sécurité (RUS) ni leurs qualifications. Cela peut être un personnel d’une des exploitations ou bien une société extérieure.

Qu’est ce qu’un Responsable Unique de Sécurité (RUS) ?

Le Responsable Unique de Sécurité est la seule personne qui dirige et coordonne la direction unique. Cette personne doit assurer la sécurité de toutes les personnes accueillies.

Le Responsable Unique de Sécurité doit remplir trois missions d’ordre administratif, d’ordre informatif et de contrôle.

 

Que propose PROINSEC ?

PROINSEC propose d’assumer le rôle de Responsable Unique de Sécurité pour tous les établissements recevant du public disposant de plusieurs entités.

Nous vous apportons notre aide dans la remise à niveau de l’établissement : audit complet, élaboration, coordination et suivi des plans d’actions. Nous proposons également de vous conseiller dans votre choix de prestataires, de négocier les tarifs mais aussi d’analyser et de vérifier des documents de sécurité. Enfin, nous pouvons préparer et assister à la commission de sécurité et aux visites des bureaux de contrôle. Pour cela, nous vérifions les registres réglementaires, nous visitons le site au préalable, nous faisons une mise au point des actions (faites ; en cours ; à faire) et un compte rendu de préparation.

123

La digitalisation complète des processus de formation

Formation Incendie en Réalité Augmentée, Tablettes tactiles, Mur tactile, Vidéoprojecteurs tactiles interactifs